L’artiste

BIOGRAPHIE

Tresor Mukonkole est un artiste à la fois, singulier, de par l’originalité de son œuvre, mais que l’on pourrait aussi qualifié de polymorphe, tant par la diversité des techniques employés, qu’aux dimensions dans lesquels il évolue. Vous le remarquerez assez vite, au-delà de la panoplie presque “classique” d’un artiste d’aujourd’hui, peinture, colle, etc… Tresor Mukonkole utilise comme principaux composants le scotch et le papier kraft, lui rappelant certainement ses premières œuvres congolaises, constituées grâce aux papiers des sacs de ciment glanés, à droite à gauche, sur des chantiers.

De son enfance à Kinshasa, où il commençait déjà à façonné ses jouets, à sa carrière artistique, maintenant internationale, en passant par son départ forcé de République Démocratique du Congo, où ses idées, notamment sur l’abandon de certains quartiers, dérangeaient,  l’on peut dire que ce jeune Congolais à parcouru du chemin… et c’est d’ailleurs lui même qui vous en parlera le mieux dans cette vidéo, réalisée par Rachid Khafague, pour Hapax Films, et que vous trouverez ci-dessous !!

 

 


 

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Je suis originaire du Congo, pays instable sur tous les plans, conflits armées, nombreuses injustices qui ne sont même pas cachées, sous-sol riche en minerais, nombreux conflits entre différents acteurs politiques et économiques. A partir du terreau du Congo, ma patrie, des expériences personnelles acquises, mon travail en tant qu’artiste porte sur l’analyse de la présence de l’homme sur terre, de son impact sur toute chose, notamment sur l’environnement et le devenir de la nature. Ainsi le concept qui présente le progrès, comme source de richesse, est évoqué dans mes œuvres en mettant en exergue la cupidité de l’homme, sa soif de richesse, sa frénésie de possession (terre, êtres).

Je traduis visuellement ces propos sous différents médium (peintures, sculptures, photographie, installation et performances) selon mon ressenti et à partir des éléments de la nature tels que l’araignée, les papillons mais aussi les produits de la nature transformés par l’homme (papier, scotch). Il s’agit de produire une narration, à partir de ces éléments au travers de sculptures difformes en scotchs, de toiles avec des papillons, afin de m’exprimer sur la beauté et la fragilité qu’incarne la nature donc la terre.

Ces deux approches plasticiennes semblent contradictoires mais en fait elles sont complémentaires. Le monde dans lequel nous vivons :  le rejet de l’autre, la xénophobie, le repli sur soi, la recherche du profit immédiat, la machine dans le sens intelligence artificielle, etc. – l’accueil de l’autre et ce sans le juger, l’humanisme, nouvelle approche envers la nature, etc., est complexe et mon propos ci-dessus le simplifie dans sa présentation.

Mon travail artistique a pour but d’illustrer cette complexité, d’en montrer effectivement mon point de vue d’artiste sur les menaces qui pèsent sur notre environnement mais qu’une lueur de positivité est présente et qu’il faut l’entretenir afin la faire grossir et remplacer ainsi les ténèbres.